Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes Epicuria Architectes

Construction d'un groupe scolaire boulevard Alsace-Lorraine au Perreux-sur-Marne (94)

Réalisationprojet non laureat Surface3 605 m2 Coût8,9 M€
Très performant Performant Basique
Éco Construction c1 Site c2 Produits c3 Chantier
Éco Gestion c4 Énergie c5 Eau c6 Déchets c7 Entretien
Confort c8 Thermique c9 Acoustique c10 Visuel c11 Olfactif
Santé c12 Espaces c13 Air c14 Eau

Fiche info

Profil Hqe
Construction d'un groupe scolaire boulevard Alsace-Lorraine au Perreux-sur-Marne (94)
Construction d'un groupe scolaire boulevard Alsace-Lorraine au Perreux-sur-Marne (94)

Maîtrise d'ouvrageVille du Perreux-sur-Marne

ArchitectesEPICURIA ARCHITECTES

Bureaux d'étudesBEA

La municipalité du Perreux-sur-Marne a décidé d’offrir à ses habitants un nouveau groupe scolaire, faisant suite à une évolution démographique positive.

Le site choisi, au long d’une voie historique importante, est de taille restreinte. C’est un axe bruyant, fréquenté par des camions poids lourds. Le PLU actuel de la ville l’a choisi pour un développement important, en faisant l’un des deux principaux boulevards en termes de gabarit construit. Actuellement on y trouve un bâti assez hétérogène, allant du pavillonnaire à des bâtiments de taille plus grande, à quatre ou cinq étages.

La nouvelle école doit prendre en compte ces contraintes et s’adapter à son contexte actuel, tout en favorisant la création du nouveau contexte de ce quartier.

Pour nous, la ville se fait petit à petit ; elle se fait par la somme de chaque partie, somme qui devient quelque chose de plus complexe et de plus vivante que cette addition n’aurait pu laisser présager. La ville et la société commencent dans la salle de classe, dans les circulations, dans la cour de récréation. Elles commencent à l’intérieur de chaque logement, équipement, espace public.

Notre projet s’inscrit dans cette optique. Il s’agit d’un projet d’école comme reflet d’une vision de société : un édifice où chacun a sa place, où il y a la place pour se rencontrer et échanger mais aussi pour se mettre au calme et réfléchir ; pour apprendre à partager et à vivre ensemble. C’est un édifice très transparent, le plus ouvert possible, respectant les besoins actuels en sécurité mais ne laissant pas ces besoins nous écraser. La sécurité vient non du fait d’avoir des patrouilles armées, mais plutôt du fait de voir, connaître et respecter ses voisins. C’est avant tout un édifice appropriable : un édifice qui viendra servir de cadre aux nouvelles expériences des enfants du quartier et de leurs familles, en leur laissant la possibilité de s’exprimer librement, pour que l’on grandisse ensemble.

L’école aussi se doit d’être non seulement lumineuse, mais aussi facilement compréhensible. Un repère urbain en même temps qu’un repère pour les enfants aux débuts de leur vie en société. Nous proposons un bâtiment simple dans sa forme et dans son usage, avec espaces clairement identifiables et repérables.

C’est parce que nous pensons ainsi que nous avons créé les cours – espaces extérieurs non programmés, espaces de récréation et de partage, d’apprentissage de la vie en collectivité – les plus grands possibles dans la parcelle qui nous a été donnée. Faire le plus possible avec ce que nous avons, une architecture frugale mais ouvrant à ses usagers le champ des possibles, cela fait partie de notre philosophie.

Ceci étant dit, nous sommes conscients des usages actuels de la ville et avons aussi une approche pragmatique des contraintes rencontrées. Ainsi nous proposons un bâtiment faisant un front presque continu sur sa face nord. C’est ce que demande le PLU de la ville, la création des fronts bâtis sur la voirie pour engendrer des cœurs d’îlot apaisés. On peut imaginer, dans le futur, une continuité bâtie sur cet axe, l’école en faisant partie. Il est aussi possible d’envisager l’évolution de cet axe, allant d’infrastructure de transport de marchandises vers un espace minéral et végétal, partagé par piétons, pistes cyclables et voitures circulant à des vitesses raisonnables. Un parc linéaire habité. La nouvelle école est le point de départ de cette transformation.